séance du 19/05/2022 – Terre promise, terre due ? La migration vers Israël (Alya) suspendue aux voix qui la racontent (Richard Guedj)

Pour notre dernière séance de l’année, nous aurons le plaisir d’échanger avec Richard Guedj autour de sa présentation intitulée “Terre promise, terre due ? La migration vers Israël (Alya) suspendue aux voix qui la racontent”. La séance aura lieu le jeudi 19 mai, de 16h à 19h. Comme c’est la dernière de l’année, n’hésitez pas à ramener de quoi festoyer !

Infos pratiques :
Salle J235, bâtiment des Saints-Pères, Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 791 097 1544
Code d’accès: 929476

Résumé de la séance :

Pour cette séance, je propose de partager une étape de mon travail de thèse consacré aux discours et aux récits de vie liés à l’Alya, la migration juive vers Israël. Au fil de la recherche et des points de vue de l’analyse, la matérialité même des discours qui disent, racontent et projettent l’Alya, la « montée » en Israël, se transforme et se déplace. Saisies sur le fait, comme pratiques réglées, coincées dans des espaces institutionnels, ces paroles sont prises dans les mailles d’un interdiscours qui pose un soupçon légitime sur l’unicité du sujet du récit d’Alya (Foucault 1966, Maldidier & Pêcheux 1990, Paveau 2008). Mais en même temps, chacun des récits que j’enregistre et que je transcris, chaque texte que je lis et que j’analyse (Adam 2020), me fait la promesse de sa singularité. Hélène, par exemple, me propose de mettre son récit par écrit et de me l’envoyer, puis ajoute : « Tu en feras ce qu’il te plaira ». Chaque discours, chaque récit de vie, chaque projet d’Alya se présente empiriquement avec une voix, une manière de dire et de raconter, un rythme qui s’en remet à une écoute (Meschonnic 1982, Martin 2017). Dès lors, faut-il encore penser le texte, le discours, seulement comme un espace, un territoire à habiter ? Ou plutôt comme une promesse à tenir : celle d’écouter ce qu’il y a de forme de vie dans toute forme de langage (Wittgenstein 1945, Martin 2020) ? C’est à partir de cet enjeu d’une écoute du rythme, avec pour intention d’en souligner les dimensions fondamentalement éthiques et politiques, que je propose une anthropologie du langage et des discours de l’Alya.

Richard Guedj

séance du 14/04/2022. Qu’il parle ou se taise à jamais. Politique de la Nation dans la formation linguistique des migrant‧es en France (Maude Vadot)

Pour cette séance, intitulée “Qu’il parle ou se taise à jamais. Politique de la Nation dans la formation linguistique des migrant‧es en France”, nous avons le plaisir d’accueillir Maude Vadot. La séance aura lieu le jeudi 14 avril, de 16h à 19h.

Infos pratiques :
Salle J235, bâtiment des Saints-Pères, Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 791 097 1544
Code d’accès: 929476

Résumé de la séance :

L’histoire de la formation linguistique à destination des adultes migrant‧es est marquée, dans le contexte français, par une immixtion progressive de l’État, notamment à travers le volet linguistique des politiques d’immigration concernant les étrangers primo-arrivants. En faisant évoluer le cadre législatif, les commanditaires du marché et les modes de financement, les transformations intervenues dans les deux dernières décennies ont concouru à confier au dispositif national de formation linguistique le rôle de vecteur idéologique et d’instrument du maintien de l’ordre social (Vadot, à paraître en 2022 dans Éla).

Si au début des années 2010, la parution du Référentiel Français Langue d’Intégration (Vicher et al., 2011) avait suscité de l’émoi auprès d’une partie des réseaux universitaire et associatif, le sigle FLI et l’ensemble discursif associé ne sont désormais plus mentionnés dans les documents de cadrage des marchés publics de formation linguistique. À un peu plus de 10 ans de cet épisode, on s’interrogera sur la signification de cette disparition : s’agit-il d’une rupture avec le cadrage idéologique du FLI, ou peut-on au contraire repérer des éléments de continuité ? Pour en discuter, je m’attacherai à analyser les versions successives des documents de cadrage du marché national de formation linguistique en place depuis 2007 et actuellement régi par l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Ces analyses comparatives permettront de montrer comment, en dépit de quelques évolutions, ces documents continuent à actualiser la représentation d’une Nation française homogène, monolingue et principalement hexagonale. Je mettrai également en évidence des fragments de discours dont la coexistence, au sein des ensembles discursifs correspondant à chaque marché, semble paradoxale, et révèle ainsi des tiraillements rédactionnels.

Dans un deuxième temps, j’aborderai la question de la circulation des discours au sein du champ de la formation linguistique des adultes migrant‧es. J’essaierai notamment de mettre en évidence ce que des formateur‧ices et acteur‧ices associatifs font avec et face à ces discours institutionnels, dessinant ainsi une formation discursive de ce que, faute de mieux, j’appellerais l’« intégration ». 

Maude Vadot

SÉANCE DU 31/03/2022 – “JE NE VOIS PAS D’HOMOPHOBIE CHEZ NOUS”. COMPLEXITÉ DISCURSIVE D’UN MOUVEMENT CONTESTATAIRE À LA “PMA POUR TOUTES” (CLAIRE HUGONNIER)

Nous aurons le plaisir d’écouter Claire Hugonnier qui animera une séance intitulée “Je ne vois pas d’homophobie chez nous”. Complexité discursive d’un mouvement contestataire à la “PMA pour toutes”. Cette séance aura lieu le 31 mars de 16h à 19h en présentiel et à distance.

Infos pratiques :
Salle J235, bâtiment des Saints-Pères, Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 941 9268 9080
Code d’àccès: J2EEg4

Résumé de la séance

Cette présentation rend compte d’une recherche doctorale, qui visait à étudier les discours contestataires émis par le collectif ‘Marchons Enfant !’ face à l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples lesbiens et aux femmes célibataires sous le gouvernement d’Emmanuel Macron. À partir d’un travail de terrain ethnographique auprès de plusieurs associations investies (La Manif pour tous, les Associations Familiales Catholiques, l’Alliance Vita) entre décembre 2018 et janvier 2020, cette étude a eu pour objectif de déconstruire ces discours d’opposition afin de comprendre quelles stratégies discursives et idéologies sont mobilisées et quels peuvent être les objectifs de persuasion qui les sous-tendent. Lors de cette séance, nous aborderons la complexité discursive de ce contre-mouvement et les implications méthodologiques que cette complexité amène pour la recherche. La problématique de la catégorisation de ces productions langagières sera également traitée – en particularité au regard des accusations d’homophobie, formulées à l’égard des prises de parole des militant·es par le camp adverse.

SÉANCE DU 17/02/2022 – Et le réfugié fut. La place du récit d’asile dans la fabrique du réfugié en France (LOU bouhamidi)

Pour notre prochaine rencontre, nous aurons le plaisir d’écouter la présentation de Lou Bouhamidi, intitulée Et le réfugié fut. La place du récit d’asile dans la fabrique du réfugié en France. Cette séance se tiendra en présentiel et à distance le jeudi 17 février de 16h à 19h.

Infos pratiques :
Salle J235, bâtiment des Saints-Pères, Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 951 2877 7694
Code d’àccès: ckn8Wf

Résumé de la séance :

Qu’est-ce que le « récit d’asile » ? Objet a priori non formalisé, bien souvent assimilé un peu trop rapidement au « récit OFPRA » (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides) dans le jargon de la demande d’asile, ce récit de vie requis en français par l’administration française déborde largement à la fois sa définition courante et les fonctions qu’on veut bien lui prêter. Objet de fantasmes (souvent), de mensonges (parfois), d’espoirs (certainement), ce récit constitue pourtant le cœur du dossier de demande. Quel impact son élaboration – en français ! – a-t-elle sur des requérants généralement allophones ainsi que sur tous les acteurs (associatifs, institutionnels) participant à cette chaine d’écriture (Fraenkel, 2001) ? sur l’issue de ce rite institutionnel (Bourdieu, 1982) ?  

Cette présentation retracera les principaux questionnements qui ont émergé au cours de mon mémoire et de ma thèse avant de restituer quelques éléments d’une archéologie de la performance (Clément, 2012) : à travers l’examen de plusieurs versions d’un même récit d’asile, il s’agira de rendre compte des traces, scripturales ou discursives, éclairant la co-construction de ce récit. Quelle figure du « bon étranger » en émerge ? Comment est-elle fabriquée ? 

SEANCE DU 27/01/2022 – Pauvre langue : La place ambigüe des ressources langagières dans l’évaluation d’articles scientifiques en provenance d’Afrique (thomas veret)

Pour cette séance, nous accueillons Thomas Veret et écouterons sa présentation intitulée Pauvre langue : La place ambigüe des ressources langagières dans l’évaluation d’articles scientifiques en provenance d’Afrique. Elle aura lieu jeudi 27 janvier de 16h à 19h, en présentiel et à distance

Infos pratiques :
Salle J235, bâtiment des Saints-Pères, Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 857 9786 8792
Code secret : 297690

Résumé de la séance :
La recherche qui sera présentée part d’un constat ardu à formuler : les propositions d’article envoyées depuis le continent africain vers les revues scientifiques françaises arrivent rarement au terme du processus de publication. Autrement dit, elles sont moins fréquemment publiées que les propositions en provenance d’autres espaces géographiques, et ce alors même qu’elles sont parfois nombreuses en proportion. Mené auprès de cinq revues en sciences humaines et sociales, le volet de l’enquête présenté cherche à saisir ce phénomène du point de vue des comités de rédaction.

La séance portera en particulier sur la question des ressources linguistiques et de la maîtrise d’un français dit « standard », qui s’avère récurrente dans les rapports d’évaluation recueillis. Alors que nombreux sont les actrices ou acteurs éditoriaux pour qui « c’est le fond qui compte, pas la forme », les écarts orthographiques ou syntaxiques à la langue légitime jouent un rôle dans la réception et le traitement des propositions d’article. Ce rôle sera exploré à partir de la notion d’« hygiène verbale ». Proposée par Deborah Cameron, cette notion permet d’examiner comment des pratiques de régulation langagière servent de supports symboliques à des préoccupations sociales, politiques ou morales plus larges. Nous verrons ainsi que l’appréciation des ressources linguistiques déployées dans ces propositions d’article relaie des anxiétés liées au fonctionnement éditorial des revues, aux relations académiques en contexte postcolonial, ainsi qu’à l’idée même d’une francophonie académique.

Séance du 17/12/2021 – “Le soleil les blancos ça les patraque”: pratiques langagières et subjectivation de jeunes migrants à l’école (Annabelle CARA)

Pour notre prochaine rencontre, nous aurons le plaisir d’accueillir Annabelle Cara, pour une séance intitulée « Le soleil les blancos ça les patraque » : pratiques langagières et subjectivation de jeunes migrants à l’école. Cette séance se tiendra le vendredi 17 décembre de 16h à 19h en présentiel. Vous pourrez également suivre la discussion à distance via l’application zoom.

Infos pratiques :

Salle De Broglie D, bâtiment des Saints-Pères, Université de Paris, 45 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

Accès visio : Lien de connexion

ID de réunion : 891 1482 8300
Code secret : 524661

Résumé de la séance :

Cette présentation part d’un questionnement qui a émergé lors du travail de M2 que j’ai mené en milieu scolaire, au sein de la classe où j’enseigne le Français Langue Seconde (FLS). Ma recherche portait sur la scolarisation des mineurs non accompagnés et visait à montrer en quoi cette dernière est ambivalente. D’une part, elle est considérée par les enseignants et éducateurs travaillant avec ces jeunes, et parfois par les jeunes eux-mêmes, comme un rouage essentiel de leur insertion professionnelle et de l’émancipation qui en découlerait ; d’autre part, elle semble fonctionner comme un dispositif de contrôle qui sanctionne ceux qui n’assimilent pas très vite les normes scolaires et qui sont alors considérés comme « non intégrables ». L’étude des enjeux socio-politiques mais aussi langagiers du protocole d’évaluation de la minorité m’incite à avancer l’idée que les jeunes migrants subissent une injonction à se conformer aux normes qui émanent de la catégorie de l’« enfance » et que cette injonction se poursuit lors de leur scolarisation. Mais à l’inverse, cette situation de domination donne parfois lieu à des attitudes subversives qui montrent que les jeunes migrants peuvent contrevenir aux normes qui les assujettissent à leur arrivée sur le territoire. Que se passe-t-il dès lors que l’on met en place des conditions permettant de neutraliser temporairement les contraintes liées au dispositif de prise en charge en laissant libre cours à des pratiques langagières non normatives ?

Je présenterai des données principalement issues de mon travail de Master 2. Certaines émanent de séances de classe où j’encourage les élèves à mobiliser des pratiques langagières non scolaires, comme le nouchi, afin de mettre en évidence l’ambivalence de leurs positionnements vis-à-vis de leur scolarisation, dans le cadre de leur parcours migratoire. Mon projet de thèse consiste à m’interroger sur la manière dont les jeunes migrants sont traversés par les idéologies langagières et sur la manière dont ils les renégocient à leur arrivée sur le territoire. Je m’interroge sur le rapport entre ces idéologies langagières et l’hétérogénéité des positionnements des sujets parlants afin de réfléchir aux outils sociolinguistiques qui pourraient s’avérer opératoires pour aborder cette question.

Annabelle Cara

Séance 17/11/2021 – Uber Edits : les « indépendant·e·s » de la correction (Caroline Panis)

Pour notre prochaine rencontre, nous aurons le plaisir d’accueillir Caroline Panis, pour une séance intitulée “Uber Edits : Les “indépendant·e·s” de la correction”. Cette séance se tiendra le mercredi 17 novembre de 16h à 19h en présentiel. Vous pourrez également suivre la discussion à distance via l’application zoom.

Infos pratiques :

Salle : Claude Simon, Maison de la recherche – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (4 Rue des Irlandais, 75005).

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 922 6535 2799
Code secret : Rz6qHA

Résumé de la séance :

À partir d’un terrain de recherche commencé récemment sur l’activité de correction académique en tant que forme de sous-traitance linguistique, je vous proposerai des pistes de réflexion pour questionner les enjeux sociaux et politiques du respect de la norme et de sa commercialisation en contexte universitaire, et produire une analyse critique de ce nouveau type d’exploitation néolibérale des ressources langagières qui semble aujourd’hui mener à une ubérisation de la correction linguistique.

Caroline Panis

séance 28/10/2021 – Quelles compétences pour quelle apprentie ? (Mareike Boldt)

Le séminaire Critiques Sociales du Langage revient le jeudi 28 octobre 2020 de 16h à 19h avec une première séance en visioconférence animée par Mareike Boldt: “Quelles compétences pour quelle apprentie ? Processus de catégorisation des nouvelles arrivantes dans un dispositif pré-professionnalisant”

Infos pratiques : Lien de connexion zoom.

Résumé de la séance :

Mon ethnographie se déroule à Hambourg où j’accompagne trois filles, récemment arrivées en Allemagne et scolarisées dans un dispositif qui prépare à la formation professionnelle et alterne entre une phase d’apprentissage à l’école et une à l’entreprise. Elles se trouvent à un moment de transition entre l’école et le monde du travail, où les questions concernant leur orientation deviennent d’autant plus primordiales qu’elles sont confrontées à des contraintes comme l’insertion au travail et en société, l’apprentissage de l’allemand et de l’anglais mais aussi à une incertitude administrative. Elles sont obligées d’acquérir non seulement un savoir sur le fonctionnement du système allemand de la formation professionnelle, mais aussi sur la langue et sur les attentes au travail (Thomas et al. 2018). Les jeunes doivent donc correspondre à une certaine image, une certaine catégorie afin de trouver leur place. Je m’intéresse ainsi à la construction de la figure de la « bonne apprentie » négociée, produite et formulée au travers des discours et interactions en entreprise, à l’école et en dehors. Dans cette Data Session, nous analyserons ensemble les différents types de données (interaction élève et équipe professionnel, entretien, notes de terrain et textes officiels) en s’intéressant aux compétences langagières et professionnelles qui contribuent à cette figure afin de comprendre son rôle dans l’orientation des élèves.

Tout le programme de l’année sera publié bientôt. Certaines séances auront lieu en présentiel et d’autres à distance. Le lieu ou le lien de connexion seront communiqués avant chaque séance.

Séance du 24/06/2021 – “On dit comme on a fait”, avec le rappeur Cyanure

Pour cette dernière séance de la saison 2020-2021 du séminaire Critiques Sociales du Langage, intitulée « On dit comme on a fait » et animée par Félix Danos, nous aurons le plaisir de recevoir le rappeur Cyanure (ATK), le jeudi 24 juin de 16h à 19h, via l’application Zoom.

Accès visio-conférence

https://u-paris.zoom.us/j/85747704863?pwd=ZGFJL0tKZWhCWnVQTkNnSFN6dDBrUT09

ID de réunion : 857 4770 4863
Code secret : 147384

Présentation de la séance

Cette dernière séance, animée par Félix Danos, mettra le rap à l’honneur : ses rythmes, son écriture, sa performance, mais aussi les imaginaires et les catégorisations qu’il véhicule, qu’il actualise, et souvent qu’il dépasse. Et pour bousculer un peu le mode traditionnel et unilatéral de travail sur corpus, nous aurons pour invité un rappeur, autrement dit un spécialiste du langage dans sa discipline, extérieure à l’institution universitaire. Cyanure, membre du groupe ATK, a été une figure majeure du rap français dit underground, de la fin des années 90 aux années 2000. Le groupe a fait son retour en 2018, avec le titre Comme on a dit et l’album On fait comme on a dit. Nous proposerons d’engager la discussion notamment autour d’un titre solo de Cyanure, intitulé Infinitif, tiré du même album. Ce morceau, qui tire son titre d’une catégorie grammaticale, évoque les étapes de la vie sous la forme d’une liste de phrases verbales. Il fonctionne textuellement et discursivement à des niveaux multiples : pragmatiques, sémantiques, rythmiques… de sorte qu’il produit aussi en pratique un discours non seulement sur ce que veut dire vivre, mais aussi, implicitement, sur ce que signifient écrire, dire et rapper, en mettant en acte une dimension politique intrinsèque à l’activité discursive. Dès lors, se pose encore une fois la question des rapports entre dire et faire, car au fond si l’on s’accorde à faire comme on a dit, ne faudra-t-il pas également rendre des comptes en disant comme on a fait?

La présence de l’artiste permettra d’échanger autour du contexte historique et matériel de l’écriture et de la conception d’une chanson, mais elle sera également l’occasion de discuter collectivement cette lecture ou écoute anthropologique et sociolinguistique que nous proposerons, et qui répond à une problématique que nous nous posons depuis plusieurs années : comment parler du rap du point de vue d’une sociolinguistique politique.

Ce temps d’échange sera également le moment de faire un bilan sur l’année de séminaire, et de discuter de l’année à venir (avec, nous l’espérons, un réancrage du séminaire dans les couloirs du Bâtiment Jacob de l’Université de Paris). Nous rappelons que le séminaire Critiques sociales du langage est ouvert aux propositions des jeunes chercheur-e-s et doctorant-e-s, n’hésitez pas !

SÉANCE DU 27/05/2021 – “Marcher la parole” pour se faire entendre. Le bruit comme espace de reconnaissance collective (Salomé Molina)

Infos pratiques

Accès visio-conférence

Lien de connexion
ID de réunion : 846 9775 4924
Code secret : 974142

Lors de notre prochaine séance, nous aurons le plaisir d’accueillir Salomé Molina, qui nous présentera ses recherches issues de son ethnographie dans le milieu associatif colombien à Paris, à l’occasion d’une séance intitulée « “Marcher la parole” pour se faire entendre. Le bruit comme espace de reconnaissance collective », le jeudi 27 mai de 16h à 19h, via l’application Zoom.

Résumé de la séance

Cette communication part d’une question entendue de façon récurrente dans le cadre d’une ethnographie en milieu associatif colombien à Paris : comment se faire entendre ? Malgré les stéréotypes qui circulent sur les latino-américains, imaginés comme parlant fort, riant et dansant, les communautés colombiennes immigrées en France connaissent en effet une forme d’invisibilité dans l’espace public (Gonzalez 2007). Comment peut-on être tout à la fois bruyant et invisible et notamment dans le cadre de manifestations ? Que signifie être entendu ? 

A partir des enregistrements de rassemblements organisés par des collectifs des migrants colombiens, je m’intéresserai ici aux procédés par lesquels ils sont invisibilisés dans certains espaces en tant que communauté migrante. On observera également en quoi les discours prononcés et les performances faites dans le cadre de manifestations publiques contribuent à consolider le groupe comme diaspora imaginée (Anderson, 1983), autour de la volonté de se faire entendre.

Salomé Molina

Séance du 29/04/2021 – “Le náhuat fleurit, mais pas ici à Santo Domingo”. Revitalisation linguistique, ordre social et subjectivation (Quentin Boitel)

Infos pratiques

Accès visio-conférence
Lien de la réunion
ID de réunion : 829 3604 8246
Code secret : 990480

Pour notre prochaine rencontre, Quentin Boitel nous fera le plaisir de nous présenter ses travaux, à l’occasion d’une séance intitulée « “Le náhuat fleurit, mais pas ici à Santo Domingo”. Revitalisation linguistique, ordre social et subjectivation », le jeudi 29 avril de 16h à 19h, via l’application Zoom.

Résumé de la séance

Les initiatives de revitalisation linguistique, qui ont émergé au début des années 1990, ont acquis une énorme popularité au cours des 30 dernières années. Organisations internationales, États, universités, entreprises privées, associations et collectifs populaires, ont pris en charge la tâche de “sauver”, “faire revivre”, “préserver” ou encore “récupérer” ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler les “langues en danger”, partout dans le monde. Si ces termes se sont imposés comme allant de soi, ils recouvrent en fait des processus sociaux extrêmement hétérogènes. Tout le monde n’a évidemment pas le même “intérêt” à participer à des projets de revitalisation, où des sommes d’argent colossales sont parfois mises en jeu. Qu’est-ce qui se joue de politique dans ces initiatives ? En quoi les acteurs qui les portent, qu’ils soient individuels ou institutionnels, participent-ils au maintien des inégalités sociales, ou au contraire à leur subversion ? Cette séance présentera les résultats d’une enquête ethnographique entamée en 2014 sur les initiatives de revitalisation de la langue náhuat au Salvador (Amérique Centrale), effectuée dans le cadre d’un master puis d’une recherche doctorale. La présentation du terrain, d’archives et de corpus interactionnels offrira un regard nouveau sur les mouvements de revitalisation linguistique, et plus généralement sur la théorie sociolinguistique.

Quentin Boitel

Séance du 25/03/2021 – Tu est un autre : processus d’altérisation dans la relation d’accueil (I.Padiou)

Infos pratiques

Accès visio-conférence
Lien de connexion
ID de réunion : 889 0244 7880Code secret : 743076

Pour notre prochaine rencontre, Iris Padiou nous fera le plaisir de nous présenter ses travaux, à l’occasion d’une séance intitulée « Tu est un autre : processus d’altérisation dans la relation d’accueil », le jeudi 25 mars de 16h à 19h, via l’application Zoom.

Résumé de la séance

Comment se passe, en pratique, l’accueil des migrants en milieu associatif ? A quels jeux de rôle la relation d’accueil donne-t-elle lieu ? L’ethnographie menée dans une association parisienne, dans le cadre de ma thèse, a permis de saisir un ordre social complexe et en tension : entre ethos associatif, solidaire, égalitaire et militant, et (re)production de rapports de domination entre les membres de l’association. Nous observerons, à partir d’enregistrements et de transcriptions d’interactions situées, la dynamique des positionnements des locuteurs et les processus de catégorisation à l’œuvre. Comment leurs pratiques langagières participent-elles à produire un ordre social fortement hiérarchisé, tout en étant déterminées par celui-ci ?

Iris Padiou

Séance du 18/02/2021 – Qui ne dit mot… ne consent pas ! le consentement comme processus de délibération en assemblée (M. Ramanitra)

Infos pratiques :

Accès visio-conférence :

Lien de connexion

ID de réunion : 989 2785 8428
Code secret : g0CdvK

Nous poursuivons le séminaire avec une séance animée par Mahieu Ramanitra, qui nous parlera du « consentement en assemblée ».

Au plaisir de vous y retrouver nombreu.x.ses !

Résumé de la séance :

CSL : C’est une bonne communication, ça, le consentement ?

Mahieu Ramanitra : Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise communication dans le séminaire “Critiques Sociales du Langage”.
Moi, si je devais résumer les linguistiques universitaire et populaire aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des sociolinguistes et des non-linguistes (Paveau 2008) qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne les critiquais pas, où j’étais seul confiné chez moi.
Et c’est assez curieux de se dire que les thésards, leurs rencontres forgent une recherche sur la décision collective en assemblée politique (Him-Aquili 2018)… Parce que quand on a le goût du débat, quand on a le goût de la délibération bien faite, le beau consentement actif et conscient (Endenburg 2004, Urfalino 2014), parfois on ne trouve pas le rôle tiers de “facilitation” de la discussion en face, je dirais, le “cadre de sécurité” qui vous aide à décider.
Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu, avec les collectifs Extinction Rebellion, puis les Jours Heureux et le Pôle Citoyen 2022 ; et je dis merci à l’intelligence collective, merci à la gouvernance partagée et merci à la démocratie délibérative (Langlois 2018) ; je chante l’ordre du jour, je danse de réunion en réunion… Je ne suis que communication non-violente  !
Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent : « Mais, au bout d’un an et demi, quel est ton sujet de thèse ? comment elle avance, ta thèse ? quand vas-tu la terminer ? »
Eh bien je leur réponds très simplement : je leur raconte ma vie épistémologique entre gestion de groupe et éducation politique, je leur fais vivre la typologie des étapes interactionnelles d’une réunion décisionnelle, et j’ouvre souvent sur une discussion méta-analytique sur la métacommunication (Watzlawick et al. 1972) des discours métapragmatiques…

Mahieu Ramanitra

“”Il m’a bien parlé l’bonhomme…”, un article de F.Danos dans la revue Signifances

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’un article d’un de nos co-organisateur-ice-s, Félix Danos (MODYCO), dans la revue Signifiances (Signifying), “Formes, forces, valeurs. Modèles dynamiques du sens et approches « phénoménologiques » du langage et des sémioses”(Vol.4, n°1, 2020).

L’article est intitulé ““Il m’a bien parlé l’bonhomme mais j’ai pas compris c’qu’il m’a dit !” : Approche anthropologique sémiotique des discours réflexifs sur le langage en milieu rural”. Il est en accès libre au lien suivant (téléchargement PDF) :

https://revues.bu.uca.fr/index.php/Signifiances/article/view/266

Bonne lecture !

Pourquoi il n’y a pas deux façons de dire la même chose et pourquoi c’est politique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search