SÉANCE DU 20/10/20 – Exilophone : une ethnopragmatique sensible d’interactions en situations migratoires (P. Peraldi-Mittelette)

Infos pratiques

Accès visio : Le lien Zoom sera diffusé le 13 novembre 2020

Accès sur place : 10 places disponibles

Salle : J 229. Bâtiment Jacob 2ème étage, Campus Saint Germain des Prés, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6ème. Le numéro de la salle sera affiché dans la cour du Bâtiment Jacob.

La première séance du séminaire Critiques Sociales du Langage aura lieu le vendredi 20 novembre 2020 de 16h à 19h, avec une séance animée par Sara Brennan et Kevin Petit : « L’or vert du décor. Nouveaux aspects économiques de la revitalisation de l’irlandais ».

Résumé de la séance

Parler de soi en diaspora, ou exilophoner, est le cœur de la problématique qui anime mes recherches depuis dix ans. Pour aborder cette question, l’exemple que j’ai étudié est celui des processus discursifs, paradiscursifs et métadiscursifs mis en place par des Touaregs installés en France à destination d’interlocuteurs français. Ces divers procédés impliquent un ajustement du cadre énonciatif au discours proposé. C’est là tout le jeu de l’exercice. Pour cela, il s’agit de prendre en considération non pas les échanges verbaux, mais aussi posturaux, gestuels ainsi que toute la mise en scène de l’identité touarègue dont peuvent jouer ceux-là même quand ils souhaitent faire part de leur ressenti en tant qu’individu et/ou communauté en exil. Pour rendre cette étude possible, je reviendrai en détails sur les différents outils légués par les écoles américaines de Chicago, de Palo Alto et l’actuelle anthropologie sensorielle/sensible qui prend récemment plus de place dans les études anthropologiques, en s’inspirant notamment de ces écoles qui sont allées au-delà du langage verbal dans leur approche du social. En effet, une partie de mes recherches consiste à étudier l’ambiance touarègue qui est (re)créée et permet d’élaborer une mise en scène de soi, de ses revendications et de son identité afin de se légitimer sa parole.

Séance du 22/10/20 – L’or vert du décor (S. Brennan & K. Petit)

Infos pratiques

Accès visio : Lien de connexion
ID de réunion : 892 0772 8366
Code secret : 927575

Accès sur place : Plus de places disponibles !

Salle : Attention changement de salle : salle J 231 au lieu de J 229. Bâtiment Jacob 2ème étage, Campus Saint Germain des Prés, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6ème. Le numéro de la salle sera affiché dans la cour du Bâtiment Jacob.

La première séance du séminaire Critiques Sociales du Langage aura lieu le jeudi 22 octobre 2020 de 16h à 19h, avec une séance animée par Sara Brennan et Kevin Petit : « L’or vert du décor. Nouveaux aspects économiques de la revitalisation de l’irlandais ».

Résumé de la séance

Cette présentation vise à discuter la notion de « marchandisation du langage » (Heller 2010) au prisme de nos deux recherches doctorales en sociolinguistique critique portant sur la revitalisation de l’irlandais. En introduction, nous retracerons brièvement l’histoire des discours institutionnels portant sur l’irlandais, en les articulant aux conditions socio-économiques qui ont permis de ne plus simplement imaginer cette langue comme un emblème national, mais aussi comme une ressource économique. Dans un deuxième temps, nous esquisserons les grandes lignes du concept de la marchandisation du langage et des conditions politico-économiques qui lui sont associées. Cette discussion nous amènera à aborder certaines critiques de ce concept qui résonnent avec nos observations des enjeux sociaux liés à la mobilisation commerciale de l’irlandais et parfois ignorées par une perspective purement économique.  Ensuite, Sara présentera deux centres urbains en Irlande où des associations militantes locales cherchent à promouvoir l’irlandais dans le commerce en positionnant la langue comme ressource économique. En se focalisant sur les commerçants ciblés, elle discutera des projets sociaux divers qui ont informé les décisions de ces acteurs sociaux de s’engager avec la langue dans leurs activités économiques. Enfin, Kevin se penchera sur un stage d’irlandais accueillant des touristes internationaux. A partir de l’analyse des interactions enseignant-élèves, il montrera que la marchandisation de l’apprentissage de l’irlandais fait évoluer le sens social que revêt la revitalisation linguistique, et permet de développer des « discours de solidarités » qui dépassent la simple question de la langue.

POP POP POP BRRAP BRRAP BRRAP OYEZ ! OYEZ !

La gagne est là sur la pente raide et fait son come-back !
Les uns ont fait grève, d’autres on chopé la crève, on a eu une année creuse. Mais on ne craque pas malgré la crise, le gros vide, le gros bide qu’on a pris en confinement. C’est reparti pour prendre le temps de parler du parler en pratique, pour se rencontrer en vrai, même si toujours de manière médiate : à travers nos images et nos mots, nos écrits, ou encore nos écrans.
CSL, c’est un séminaire doctoral, un truc comme aç ?
Non, bien plus que ça: une teuf, une messe, un opéra pas à la masse !
Un lieu de débat pour parler du parler, s’engager, se lâcher, politiser le langagier,
Trouver l’alpha et l’oméga, le b.a.- ba, l’abcd de la société…
2020-2021 enfin le début de la fin? En plein délitement de l’hosto, de la fac, de l’école et des retraites, exerçons notre droit de retrait intellectuel en s’occupant autrement. Le comité central s’est réuni et renouvelé, on vous lâche un programme stylé, peut-être que ça va un peu piquer mais ça va on s’en remettra.
Pour celles (y-compris ceux) qui s’interloquent, trouvent le milieu interlope, venez, vous comprendrez,
Ensemble on va chercher les mots pour expliquer.

Le séminaire Critiques Sociales du Langage revient le jeudi 22 octobre 2020 de 16h à 19h au Centre des Saints-Pères, avec une première séance animée par Sara Brennan et Kevin Petit : « L’or vert du décor. Nouveaux aspects économiques de la revitalisation de l’irlandais ».

La plupart des séances devraient avoir lieu au Bâtiment Jacob du Centre des Saints-Pères. Nous travaillons également à une transmission des séances en visio-conférence. La salle du séminaire et le lien d’accès au séminaire seront communiqués avant chaque séance.

Tout le programme de l’année à venir :

Au plaisir de vous retrouver !

/!\ Séance annulée, reportée à une date ultérieure – Les mots et les causes. (B. Ferron & E. Née)

A la croisée de l’analyse du discours et la sociologie des champs, cette intervention analysera les logiques de mise en scène publique de soi d’un groupe militant, caractérisé par une position de domination structurale vis-à-vis d’un espace professionnel institué (le champ journalistique). Le travail de représentation mené par ses agents (celle des “médias libres et indépendants”) repose de façon classique sur la crédibilisation d’un cadre d’injustice universaliste (la défense de la liberté d’expression et d’information) mais tend à les enfermer dans un rôle de « révolutionnaires spécifiques » capables de retourner la maîtrise qu’ils possèdent de cet espace contre ceux qui le dominent. Cette corporatisation partielle des stratégies de présentation de soi confère un avantage aux plus dotés en capital professionnel, au détriment des agents qui en sont dépossédés. Mais sans l’appui de ces derniers, les plus disposés à dé-spécifier les revendications du groupe, les prétentions subversives des premiers tendent à perdre en légitimité aussi bien dans qu’en dehors du champ professionnel. L’importance des discours centrés sur le groupe et ses revendications contribue dès lors à l’entretien d’un patrimoine symbolique ambivalent susceptible, d’un côté, d’affermir son identité publique et sa cohésion et, d’un autre, de le fragiliser en cristallisant les tensions internes entre professionnels et profanes tout en fournissant des points d’appuis critiques à ses détracteurs – agents dominants du champ du pouvoir ou non-professionnels du journalisme.

A partir d’une enquête de terrain conduite par observation participante (2014-2018) et entretiens semi-directifs (n=24), couplée à l’analyse discursive de plusieurs corpus (publications, communiqués de presse…), nous reviendrons sur les processus de production de ce discours autoréférencé durant la phase de genèse du groupe ; sur les difficultés structurelles de ses membres à réunir les conditions nécessaires à la construction et au maintien d’une façade institutionnelle homogène ; et sur les stratégies de contournement et de détournement de ces contraintes afin de préserver, principalement par un travail sur le discours, les rétributions symboliques de leurs activités militantes. Il s’agira ainsi de saisir les mécanismes par lesquels des entrepreneurs de cause “dépendants par l’indépendance” des logiques dominantes d’un champ professionnel, revendiquent la représentation d’intérêts spécifiques en co-produisant un discours sur soi qui leur assure des profits de distinction tout en constituant un facteur permanent d'(auto-)déstabilisation.

“Dieu m’pardonne pour la rime, je m’suis permis”. Rap, morale et religion. (F. Danos & R. Guedj)

Cette première séance animée par F. Danos et R. Guedj s’inscrit dans la continuité de la séance Métarapmatique. Mètrique, rythme et po.é.li.tique de l’an passé. A partir de textes de D.O.Z., Kery James ou PNL, il s’agira à la fois de montrer les aspects « situés » du rap vis-à-vis de discours normatifs liés à la morale ou à la religion, et de poursuivre les questionnements liés à une approche « poétique » du rap saisi comme pratique discursive subjective et potentiellement émancipatrice.

Las coplas no se las vende. Las coplas no se las graba. Chanter contre la marchandisation au nord-ouest de l’Argentine. (Suzanne Gruca)

Chanter des coplas dans le nord-ouest argentin aujourd’hui, ce n’est plus seulement exprimer ses peines et ses joies, célébrer un évènement, initier un rituel. C’est aussi s’exposer à retrouver sa voix marchandisée, sa parole instrumentalisée. A partir d’une ethnographie dans la Quebrada de Humahuaca, on se demandera ce chanter veut dire dans une réalité où la poésie quotidienne est convertie en Patrimoine de l’humanité.

CHANGEMENT DE DATE!!! Séance déplacée au mardi du 28 mai 2019 – Emanci-passion ? La vulnérabilité de Butler (Suzie Telep & Mariem Guellouz)

Cette séance proposera une discussion autour de quelques concepts clés de la théorie élaborée par Butler pour analyser la construction des normes sexuelles et de genre (performativité, vulnérabilité, agency). Nous confronterons ces concepts aux cadres théoriques élaborés par d’autres chercheurs (Austin, Bourdieu, Foucault, Scott, Spivak). Enfin, nous verrons aussi comment ces concepts peuvent être utilisés dans le champ des études postcoloniales en discutant leurs apports et leurs limites pour penser la question de l’émancipation politique. La discussion s’appuiera sur des études de cas abordant des thématiques variées (l’insulte, le féminisme musulman, performance artistique ou politique et transgression des normes, performativité de la race, etc.)

Séance du 22 février 2019 – Dans la bulle. Penser l’accueil des migrants en contexte d’urgence (Naoual Mahroug)

« Dans la bulle : les femmes et familles sont à gauche, les hommes seuls à droite, le café réchauffe ces corps en attente (Kobelinsky, 2012) d’un lieu où s’abriter, des agents de sécurité surveillent les frontières, ça parle dari, un enfant assure la traduction, des mots arabes s’entendent, des personnes sont vêtues d’un chasuble bleu ou beige, d’autres n’ont rien, des déplacements contrôlés, des noms appelés, des groupes constitués, des migrants comptés, des discours énoncés, et enfin la bulle s’agite, des vents forts la secouent, des humains y sont secoués… ».  Cette présentation se propose de penser les expériences des sujets demandant l’asile, à l’appui d’une recherche ethnographique menée au sein d’un centre de premier accueil situé à Paris. Il s’agira de penser les différents espaces de ce centre représenté par une bulle, mais aussi de dégager des stratégies élaborées par les sujets, notamment en questionnant les différentes pratiques des langues.   

Séance du 19 avril 2019 – « Mes vrais maîtres en linguistique, ce sont les aphasiques ». La « théorie de la médiation » : l’épistémologie des sciences humaines à l’épreuve de la clinique (Malo Morvan, Antonin Merieux & Quentin Boitel)

Le modèle théorique dit « de la médiation », forgé à Rennes par Jean Gagnepain et Olivier Sabouraud, a la particularité de reposer sur l’observation clinique de cas pathologiques dans la production du « langage ». Portant initialement sur la linguistique à partir de l’observation des aphasies, il en est venu progressivement à former un véritable modèle anthropologique visant à expliquer les productions humaines dans leur totalité. Si l’ambition totalisante d’un tel modèle a de quoi effrayer, celui-ci nous propose malgré tout un certain nombre d’observations fructueuses, menant à des distinctions épistémologiques stimulantes, parmi lesquelles une approche critique des notions de « langage » et de « langue ».

Séance du 29 mars 2019 – T’es Lacan? Je n’est pas là (Erell Latimier & Manon Him-Aquilli + guests)

La question du statut théorique, méthodologique et analytique à donner à la subjectivité, qu’elle soit comprise comme désir et/ou inconscient, revient sans cesse dans nos recherches en sociolinguistique ou en analyse du discours. Par ailleurs, les rapports entre linguistique et psychanalyse, notamment lacannienne, sont forts et complexes. Il s’agira, dans cette séance, et après rappelé ces rapports, de se demander ce que modifie, dans le regard que le linguiste pose sur la matérialité langagière qu’il interprète, une réelle conception des locuteurs (analyste compris) comme sujets parlants. Pour nous aider dans notre réflexion, nous engagerons également un dialogue avec des personnes travaillant de « le milieu psy » afin de mieux cerner comment ces derniers, dans le cadre de leur pratique, prenne en compte leur propre subjectivité et celle de leurs patients. 

Séance du 25 janvier 2019 – Des chiffres et des lettres — 99% des statistiques disent la vérité (Sandra Nossik)

A l’heure où les algorithmes déterminent nos goûts et nos couleurs, et où les attentes de résultats quantifiables et évaluations chiffrées régulent tous les domaines professionnels, on rappellera comment divers travaux d’Analyse du Discours appréhendent ce Discours des Chiffres omniprésent. Cette séance sera aussi l’occasion de retourner le questionnement et d’interroger la place des Chiffres dans nos disciplines et pratiques de recherche.

Séance du 21 décembre 2018 – “So who’s the older twin?” — Approches ethnographiques des performances d’âge (Mariapaola Gritti)

Bien que l’âge comprenne plusieurs dimensions (par ex. chronologiques, biologiques, sociales, et liées au développement) et soit mis en pratique de façons émergentes et performatives, les identités d’âge et rapports entre personnes d’âges différents sont souvent représentés et régentés de façons très rigides et normatives. Comment les membres d’une communauté particulière déterminent-ils si quelqu’un est (plus) jeune, (plus) âgé, ou un pair ainsi que l’importance de ces distinctions? Quel est le rôle spécifique des pratiques sémiotiques dans ces processus? Un objectif de cette séance sera de discuter, à partir de travaux anthropologiques récents, de perspectives et outils d’analyse nous permettant d’examiner ces questions. Un autre objectif sera de réfléchir, à partir de quelques-unes de mes données issues des Samoa américaines, sur les spécificités de l’âge en tant que catégorie et pratique sociale et en tant que prisme pour l’analyse critique. 

Séance du 23 novembre 2018 – METARAPMATIQUE — Métrique, rythme, et po.é.li.tique (Félix Danos & Richard Guedj + guests)

Sans doute plus que d’autres styles musicaux, le rap en tant que chanson à textes prend souvent pour objet le fait même d’écrire, de scander, de poser, de parler. Se penchant sur quelques exemples tirés principalement du rap français, nous nous interrogerons sur les effets politiques et poétiques du discours sur la parole et la pratique. Le concept de métapragmatique propose de s’interroger sur la façon dont les locuteurices donnent — consciemment ou non — un effet — et lequel? — à des formes en contexte. Le rap comme forme de langage met en voix et en rythme — ce que Meschonnic appelle la signifiance — des formes de vie. Une mise en voix, en bruits, en cris et en silences, qui se dresse contre le signifié et ce qu’il implique d’essence et de permanence pour un sujet, et qui donne à penser le langage comme radicalité et comme utopie. 

Séance du 26 octobre 2018 – J’ai mis 9 ans à ne pas terminer (Frédéric Danos)

J’ai commencé un documentaire en 2001. J’ai changé 3 ou 4 fois de sujets (la lutte, le soi, l’amour, le commun, les autres), j’ai cessé et repris, cela a duré 9 ans. En 2010, je me suis dit que projeter un ensemble de séquences hétéroclites en le complétant par le récit parlé en direct depuis la salle des comment et pourquoi ne pas terminer, était un moyen de faire un film. Je l’ai intitulé J’ai mis 9 ans à ne pas terminer.

Séance du 28 septembre 2018 – Voyez ça avec ma secrétaire! Du sexisme dans les manuels de langues étrangères (Elaine Anderson)

Dans cette séance, Elaine Anderson discutera des résultats de son travail de recherche relatif à la comparaison des représentations de la femme au travail dans deux contextes linguistiques et culturels spécifiques, à savoir les contextes franco-français et anglo-britannique.  A partir d’un corpus constitué par des textes supports de manuels enseignant l’anglais et le français des affaires, et par une méthodologie ancrée dans la linguistique systémique fonctionnelle de M.A.K. Halliday, elle démontrera comment les inégalités entre hommes et femmes se manifestent à travers le discours sur le monde professionnel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search